exposition

L’appartement du futur : suite

La visite se poursuit donc dans la chambre des jeunes enfants : ils ont été gâtés! Que de technologies et jeux connectés… Tous? Non!

Rapidement les jeux pour les jeunes enfants :

IMG_20190510_110303

Un château Lego : les briques sont spécifiques et permettent à l’objet d’être intégré dans une réalité augmentée visible via l’écran de son portable. En effet, via une application dédiée, en regardant le jouet via le portable toute une série d’animations entre en jeux (fantômes à éliminer, ennemis cachés…).

Autre jeu : ce plateau qui permet de construire de multiples parcours pour des billes : plutôt sympathique!

IMG_20190510_110251

Quittons la chambre du jeune pour rejoindre celle du moins jeune, avec ce jeu :

IMG_20190510_111137

Un jeu de question : pour gagner il suffit d’être le premier à faire le tour complet. Qu’est-ce qu’il y a de nouveau? Une catégorie de question, « intuition »… Par exemple : à quelle distance est la plus proche station d’essence? Pour avoir la réponse, il suffira donc d’interroger Google : #googlemonmeilleurami #googlequeferaisjesanstoi #googlemasauve…

IMG_20190510_111442

On s’amuse bien, on souhaite immortaliser cet instant? Hop, on imprime une photo de son téléphone portable sur cette mini imprimante…

Et pour finir, dans la chambre de cet ado, qu’est-ce qu’il y a d’autre?

IMG_20190510_111535

La réalité virtuelle : casque et 2 manettes vous plongent dans différents jeux. La sensation est assez surprenante, le réalisme vraiment réussi.

Et la visite se termine…

_____________________________________

Cette visite est bien sûr intéressante pour plusieurs points : connaître les innovations que nous serons susceptibles d’utiliser au quotidien mais amène aussi une réflexion sur l’évolution de la place des objets dans notre habitat : quels changements pour les nouvelles générations… On peut se demander effectivement s’il est préférable d’être aussi connectés et dépendants de cette technologie qui nous guide, nous aide… mais est-ce qu’elle nous aide réellement, finalement, à apprendre, à évoluer, à se développer par nous-même…? Est-ce qu’à l’avenir nous aurons quasi toutes nos interactions qu’avec des machines? On nous parle « monde », connectivité… Mais vivre dans une réalité de plus en plus virtuelle ne nous coupe pas tout simplement des joies les plus simples?

Cette exposition ne laissera pas indifférent.

Pour ma part, j’ai été déçue par la qualité de vie qu’on nous propose : de moins en moins d’interactions entre humains (chacun ses occupations…). J’ai aussi été déçue car je m’attendais à l’appartement du futur, un futur beaucoup plus éloigné et plus prospectif, prenant d’avantage en compte les tendances et nécessités à venir : comment sont recyclées toutes ces technologies, interrogation sur les rôles des pièces par exemple en rendant la cuisine utile par tous les membres de la famille et productrice d’aliments (potager intérieur), en ayant plus d’espaces de moments de partages pour privilégier l’échange, l’éducation, la culture internationale et l’ouverture d’esprit… A mon sens, cette exposition aurait du s’appeler « l’appartement de demain ».

J’ai l’impression qu’il sera de plus en plus difficile de faire barrage à un certain niveau de technologie à la maison : le frein actuel, qui devrait s’atténuer avec le temps, étant essentiellement le budget nécessaire à la majorité de ces appareils.

Plus d’informations :

https://www.lappartementdufutur.com/ : visite gratuite, sur réservation

Publicités

L’appartement du futur

Ce 10 mai au matin, j’ai fait partie des premiers à découvrir « l’appartement du futur ». Je vous entends déjà : « mais de quoi s’agit-il? Dis-nous, dis-nous!… » Devant tant d’insistance, je me dois donc de donner plus de détails.

« L’appartement du futur », c’est avant tout une belle opération de communication du couple Fnac-Darty : l’aménagement d’un appartement parisien de 530m² avec des objets technologiques « à la pointe » ou « futuristes » (=pas encore disponibles en vente mais pour bientôt).

Soyons clairs : si vous êtes contre les technologies « connectées » et souhaitez limiter les écrans et autres intelligences artificielles dans votre domicile, passez votre chemin.

Bref, à l’accueil vous faites un retour dans le passé : téléphones au cadran que l’on faisait tourner, minitel… Ces objets du passé nous parlent et nous rappellent de (lointains) souvenirs…

J’ai choisi dans cet article de vous parler des objets qui m’ont le plus marquée ; passons donc dans la partie « future » en gagnant le séjour : maxi écran TV avec une qualité d’image exceptionnelle… Mais l’innovation qui me semble la plus intéressante est finalement la suivante : IMG_20190510_103054 La TV qui peut passer en mode « déco » : plutôt que d’avoir un rectangle noir quand elle ne fonctionne pas, on choisit de mettre une photo et l’objet TV devient cadre. Ici on peut voir une photo d’éléphants qui est donc une TV « camouflée ».

Une petite faim? Passons à la cuisine : la scénographie est très engagée : pièce sombre et couleur phosphorescente.

IMG_20190510_103454

Mais le plus intéressant se situe côté préparation : IMG_20190510_103627

Avec notamment cette plaque de cuisson : en cas de cuisson de steak par exemple, on peut sélectionner le type de cuisson désiré et choisir l’épaisseur du morceau pour être sûr d’avoir le résultat souhaité… Autre exemple : vous faites fondre du chocolat et devez vous absenter? Pas de risque qu’il attache grâce au choix du mode approprié, associé à un sonde permettant de contrôler la température de votre chocolat… Donc pas de mauvaise surprise.

IMG_20190510_104012Ensuite, le voilà enfin, le frigo qu’on imagine depuis 10 ans et dont on nous parle depuis 5 ans : le frigo connecté. Équipé de caméras, il prend en photo l’intérieur en cas de doute sur son contenu quand nous sommes en magasin. Il nous indique aussi les produits en fin de date de consommation, si nous les avons saisies préalablement. Et oui, il y aura quand même quelques efforts à fournir!

Nous avons bien mérité un peu de repos : passage à la chambre. J’ai retenu les Sleepbuds :

img_20190510_104921.jpg

Ce sont des oreillettes qui s’intègrent facilement et ne créent pas de gêne. Elles limitent les bruits extérieurs et surtout proposent des sons : bruits de la mer… pour aider à s’endormir. A noter aussi d’autres objets permettant de veiller à notre bon repos : analyse de la qualité de notre sommeil…

Nous passons ensuite à la salle de bain. Bien sûr, on attend le miroir connecté : bingo!

img_20190510_105446.jpgCelui-ci se connecte effectivement pour se maquiller en suivant des tutos, vous rappelle de prendre vos médicaments ou précise que la veille votre lavage des dents n’était pas des plus optimums. Il a aussi la délicatesse de vous proposer de contrôler votre vue. Dans le cas de ce produit, les données ne sont pas communiquées sur le net, une réelle protection qui répond à un besoin de plus en plus présent.

Intéressant aussi, la balance. Sa durée de charge couvre une année, donc adieu les piles!

IMG_20190510_105401Elle donne le poids bien sûr, mais aussi la masse de graisse, d’eau, des os et… le rythme cardiaque. Donc on évite de se stresser avant de se peser.

Côté salle de bain des enfants,  miroir connecté aussi présent !

IMG_20190510_105639

Il va prendre en compte les différents profils d’utilisateur, proposer de la radio… Bref, assez technologique avec un design moins froid.

Il reste encore la chambre des enfants, jeunes et ado : vous savez, ceux qui jouent beaucoup… Je vous en parle dans un prochain article!

exposition Japon-Japonismes. Objets inspirés, 1867-2018 – suite

Concernant la suite de cette exposition, j’ai préféré sélectionner des objets mettant plus en avant des expérimentations de matières.

Après la thématique de la nature, un autre thème cette fois-ci abstrait : le mouvement.

Ci-dessous des créations de vannerie : la forme semble se définir au cours de la réalisation. Le résultat est assez inhabituel visuellement : superpositions, espaces, croisements… La complexité du travail semble disparaître au profit de l’aspect graphique.

img_20190109_155809 img_20190109_155858img_20190109_155905

Toujours dans l’idée de construction d’un volume à partir de bandes, une tenue dont l’esthétique est définie par de nombreux plis et superpositions. La lumière rasante dévoile les nombreuses marques de pliages.

img_20190109_155922

La forme suivante navigue entre l’abstrait et le figuratif, et entre les plis et les ondulations…

img_20190109_155950

Les plis toujours, avec cet éventail que j’aurais bien aimé manipuler : en effet, est-ce que cet objet, malgré ses reliefs, peut toujours être fermé?

img_20190109_160550

Et enfin, le thème de l’innovation, toujours dans l’expérimentation de matières, l’assemblage, les jeux de lumière…

img_20190109_161620 img_20190109_161625 img_20190109_161811 img_20190109_161804 img_20190109_161827

 

Certes, une exposition riche et intéressante « sur le papier » : de nombreuses pièces très qualitatives… mais peut-être trop nombreuses, au détriment de la clarté des messages.

Il était donc pour moi, difficile de prendre le temps nécessaire à la contemplation, à la comparaison, à la réflexion, tout au long du parcours. Une exposition à faire en plusieurs fois peut-être, pour mieux l’apprécier?

__________________________________________________________

exposition jusqu’au 3 mars 2019, MAD Musée des Arts Décoratifs, 107-111, rue de Rivoli, 75001 Paris

 

 

 

exposition Japon-Japonismes. Objets inspirés, 1867-2018

Cela faisait longtemps que je n’avais pas visité une exposition… C’est maintenant chose faite, avec l’exposition Japon-Japonismes. Objets inspirés, 1867-2018.

C’était l’occasion aussi pour moi de retrouver le très beau et qualitatif musée des Arts Décoratifs (qu’on peut appeler maintenant MAD).

Bref, une exposition qui promettait une vraie richesse d’objets, de matières, d’illustrations, de motifs : à moi l’immersion au Japon!

Une fois entrée dans l’espace de l’exposition, la scénographie ne me laisse pas de marbre : l’espace est noir, les objets sont dans des vitrines principalement sur des sellettes blanches qui apportent de la légèreté. L’éclairage des objets est direct : les ombres portées assez présentes. Les informations sont sobres : un texte explicatif de la thématique abordée au début de chaque partie et pour les explications des objets, il faut se référer à une des « fiches plastifiées nomades » mises à disposition. Donc oui, la scénographie ne m’a pas laissée de marbre car de suite, j’ai ressenti de la déception d’entrer dans cet espace si peu éclairé (et compromettant pour prendre des photos). J’imagine que cela sert à la mise en avant des objets, les théâtralisant d’avantage tout en invitant les visiteurs à être silencieux…

img_20190109_152513Mais ce point plus le manque d’information instantanée à disposition concernant les objets exposés (prendre la fiche, repérer le numéro de l’objet sur le schéma représentant la vitrine, lire la légende) et le nombre de vitrines… Bref, j’ai finalement suivi cette exposition d’un point de vue « seulement » esthétique : dommage pour l’aspect culturel car il y avait tellement à approfondir sur l’art de vivre du Japon, les influences artistiques sur d’autres pays…

Mais au final, vue la richesse de l’exposition (thèmes abordés, large éventail d’objets), se limiter à l’aperçu des objet était déjà beaucoup!

img_20190109_152412

exemples de peignes : finesse des détails…

img_20190109_153058

Ici, la forme des sellettes ferait presque penser aux ondulations d’une raie… Non?

La maîtrise et la variété des techniques sont impressionnantes. Même si les graphismes ou les motifs peuvent être nombreux, il n’y a jamais de surcharge visuelle.

img_20190109_153138

Mélange de graphisme organique et géométrique

img_20190109_153207 copie

Les thèmes de la nature, faune et flore, sont bien sûrs représentés : fleurs, hirondelle, paon, papillon…

img_20190109_153242 img_20190109_153433

Avec beaucoup de raffinement et parfois, de manière très surprenante, une réelle contemporanéité.

img_20190109_153533

On passe d’une matière et d’une technique à une autre. Les objets sont beaux, justes dans les couleurs, les illustrations, voire audacieux dans leur architecture.

img_20190109_153550

Mon coup de cœur… quel jeu graphique, quelle légèreté visuelle!

img_20190109_153804

Délicatesse encore… avec un papillon modeste de taille, tel une finition, ajoutant une touche de narrativité et de fraîcheur.

img_20190109_153911

Le parti-pris est clair quand on voit le rapport de proportion entre la partie fonctionnelle de l’objet et la partie décorative

img_20190109_153935

Légèreté encore… et dynamisme de l’oiseau en vol.

img_20190109_154023

Plumes de paon : on notera le côté un peu « maniéré » des tracés, et l’utilisation pertinente de l’espace.

img_20190109_154044

encore ce travail sur les lignes courbes

img_20190109_154243

ou dessin épuré mais rendu des poses et mouvements si équilibré

img_20190109_154356

des paysages naturels de représentation réaliste avec une composition très étudiée…

img_20190109_154421

à des paysages all-over laissant la place à plus d’interprétation graphique et colorielle…

img_20190109_154954 copie

et de l’application en 2D, on passe à une application sur un volume

Et pour terminer cette première partie sur cette exposition, 2 photos d’objets « traditionnels japonais » avec toujours la qualité des matériaux, la qualité des détails.

img_20190109_155113 img_20190109_155309

La seconde partie sera moins axée sur du figuratif et du fonctionnel… Mais toujours riche en savoir-faire. A suivre donc…

 

exposition de Kimonos

Du 16/11 au 17/12/2016, se tient une exposition à la Maison de la culture du Japon à Paris.

KUNIHIKO MORIGUCHI
« L’exposition Kunihiko Moriguchi – Vers un ordre caché réunit pour la première fois en France un ensemble exceptionnel de 26 kimonos constituant autant de pièces uniques, 11 peintures et de créations dans les domaines du design et des arts appliqués. »

 

Topologie-Carrés, 2006, The National Museum of Modern Art, Tokyo / 位相色紙文 2006 東京国立近代美術館|_@_|

Plus d’informations : http://bit.ly/2bVe09H

 

Musée consacré au Street Art

Le Street Art, de plus en plus reconnu sur la scène artistique internationale, devient également outil de promotion de la culture pour tous.

Mais, que serait la reconnaissance d’un art sans l’existence d’un musée dédié?

Ce sera bientôt chose faite avec l’ouverture d’un musée avec collection permanente, exclusivement dédié au Street Art, basé à Paris.

Ce projet est porté par Xavier Niel : vous pensez au dirigeant de Free? Pensez également à sa casquette de fondateur de l’atypique école 42, car c’est dans les locaux de cette école que Art 42 (nom du projet) sera inauguré ce samedi 1er octobre, à l’occasion de la Nuit Blanche.

En quelques chiffres : ce sont 150 œuvres (dont certaines créées in situ), plus de 50 artistes dans un espace de 4000m²…

Côté artistes, attendez-vous à y voir les œuvres de Banksy, JR, Shepard Fairey, C215,  Jeff Aerosol…

C’est donc un très ambitieux projet, qui mérite d’être soutenu!

Donc, notez bien :

Art 42 – 96 boulevard Bessières – Paris 17 (M° Porte de Clichy)

Ouverture au public pour la Nuit Blanche le samedi 1er octobre, puis les mardis en nocturne de 19h à 21h et les samedis de 11h à 15h.

Ouverture officielle le 5 octobre.

Plus d’informations : www.art42.fr

Exposition de dessins

Si vous êtes amateur de dessins, pourquoi ne pas visiter une exposition d’une association d’anciens d’une grande école?
C’est ce que propose l’atelier dessin de la prestigieuse Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris ; atelier accueillant actuels comme anciens élèves.
Où? à l’Atelier Galerie CYAL, 32 rue de l’Arbalette, Paris 5ème
Vernissage le jeudi 16 juin 2016 à 18h
Exposition ouverte jusqu’au dimanche 19 juin de 15h à 19h

exposition « Promenade Bucolique », Chaumet

Jusqu’au 30 janvier, Chaumet présente l’exposition Promenade Bucolique au musée éphémère de la boutique Chaumet, place Vendôme.

mailing Chaumet de présentation de l'exposition Promenade Bucolique

mailing Chaumet de présentation de l’exposition Promenade Bucolique

Il s’agit d’une sélection de pièces allant de la période romantique aux années 1980.

Laissez-vous guider… Car une fois entré, une visite vous sera proposée : belle opportunité de se plonger dans l’ADN de cette maison et de découvrir de réelles œuvres d’art, offertes exceptionnellement aux yeux du public ; des esquisses affinées aux pièces de joaillerie.

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

diadème, tout en finesse… daté entre 1890 et 1910

« Chaumet conserve depuis 1780 l’intégralité de ses archives : correspondances, livres de comptes et d’inventaires, livres de perles et de pierres, dessins, maquettes de bijoux et photographies. D’une exceptionnelle qualité artistique, ce fond compte plus de 55 000 dessins. »

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

esquisse, avec détails des reliefs souhaités

Bien sûr, l’histoire de la maison est abordée : en effet, Marie-Etienne Nitot, fondateur de Chaumet, est le joaillier attitré de l’impératrice Joséphine et de la cour impériale.

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

L’impératrice Joséphine : muse historique de la maison Chaumet

Les différentes étapes de l’élaboration d’un bijou sont détaillées : illustrations mettant en valeur la finesse des détails et le réalisme des propositions, maquettes en maillechort… Les points communs de ces créations ? Je dirais la légèreté et l’équilibre dans les proportions et surtout l’élégance dans les compositions ; mais aussi l’audace : mélange de matières et couleurs, associations de motifs géométriques et naturels…

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

L’abeille : une autre thématique chère à la maison Chaumet

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

exemple de maquette en maillechort, permettant un essayage en volume avant la fabrication du bijou.

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

exemple de bijou mélangeant des motifs naturels et géométriques, du mat et du brillant…

La dimension pédagogique ne se limite pas aux bijoux finis : une scénographie en rupture et plutôt contemporaine présente les matières premières utilisées et ainsi la riche palette de couleurs naturelles : pierres précieuses, perles ou corail…

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

mur de présentation des différentes matières premières : une large palette de couleurs

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

vitrine présentant du corail rouge, en provenance des mers chaudes

Sous la dimension esthétique évidente, la technicité est là : pièces articulées pour suivre les mouvements ou ensembles pouvant devenir, par séparation de parties, plusieurs bijoux indépendants…  On retrouve, derrière la somptuosité, les savoir-faire manuels de différents corps de métier et surtout de réelles intelligences d’assemblage.

Chaumet : exposition Promenade Bucolique - photo et composition : Luxe, Design et autres curiosités

composition montrant la richesse de cette exposition

Une critique sur cette exposition ? J’aurais bien aimé un parallèle plus marqué entre ces bijoux qui ont posé les bases du vocabulaire formel propre à Chaumet et les créations contemporaines (thématiques, motifs… comme les abeilles, la forme diadème). Donc prolonger cette exposition dans la boutique Chaumet juste à côté me semble la meilleure suite.

Ci-dessous quelques photographies avec les légendes telles que présentées à l’exposition.

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

« épingles à chapeau à motifs naturalistes, Joseph Chaumet, 1912 et 1913. Platine, or, cristal de roche, agate, diamants, aigue-marine et saphirs. Collection Chaumet Paris. L’épingle-bijou parfait la coiffure des élégantes de la Belle Epoque, unissant grands chignons et chapeaux avec raffinement. »

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

« Aigrette Marie Stuart, Joseph Chaumet, vers 1910. Or, argent, diamants et perles fines. collection Chaumet Paris. Cette aigrette doit son nom aux coiffures en V de la reine d’Ecosse. »

Chaumet_Promenade Bucolique_photo Luxe Design et autres curiosités

« Peignes aux guirlandes de laurier, Joseph Chaumet, vers 1905. Ecaille blonde, or, diamants et perles fines. collection Chaumet Paris. Symbole d’immortalité, arbre du triomphe, des chants et des poèmes, le laurier rappelle Apollon et Daphné. »

L’entrée est libre, sans rendez-vous.

A voir également, sur la page d’accueil du site Chaumet (http://www.chaumet.fr/), une présentation à propos de Joséphine : des bijoux bien sûr, mais aussi des esquisses et une vidéo… Que la magie opère!

rétrospective de l’œuvre de Yayoi Kusama, au Danemark

Yayoi Kusama, cette fameuse artiste japonaise qui décline des pois sur de nombreux supports, vous connaissez sûrement.

Elle a collaboré en 2012 avec la maison Louis Vuitton : tant sur de la scénographie que sur des produits. C’est donc tout son univers graphique, dynamique et une palette de couleurs franches qui ont « mis du pep’s » dans l’univers Louis Vuitton.

Cette exposition, qui se tient au Louisiana Museum of Modern Art au Danemark, offre un aperçu plus large du travail de cette artiste et propose une réelle immersion dans tout son éclectisme (jeux optiques…) comme vous pourrez le voir sur le site de Yellowtrace : http://www.yellowtrace.com.au/yayoi-kusama-at-louisiana et c’est jusqu’au 20 janvier 2016.

exposition Louis Vuitton Série 3, au London Design Festival 2015

La Maison Louis Vuitton était présente lors du London Design Festival 2015, à travers une exposition démontrant ses valeurs actuelles principales :

  • l’intérêt pour l’architecture et l’art contemporains (à l’image de la Fondation Louis Vuitton, dédiée à l’art contemporain), mais aussi les nouvelles technologies
  • son histoire : malletier à l’origine et son évolution vers le prêt-à-porter
  • le savoir-faire de ses artisans…

Le site internet australien Yellowtrace (http://www.yellowtrace.com.au/), se définissant comme « Design Inspiration & Resource for Creative & Curious Minds », a consacré un article à cette exposition, je vous encourage à le parcourir : http://www.yellowtrace.com.au/louis-vuitton-series-3-exhibition/

Comme vous pourrez le voir, les scénographies, très pointues et recherchées, proposent aux visiteurs de vivre une réelle expérience/immersion dans l’univers de cette Maison.